Dernières nouvelles

 
 

Le 16 février 2017

En ce jour doublement anniversaire, pour les mirbeauphiles, je vous communique les dernières nouvelles, sans attendre l’envoi de l’invitation pour notre Assemblée Générale annuelle, qui, vous le savez déjà, aura lieu à Rémalard le samedi 8 avril (voir programme dans Calendrier).
En ce jour où l’on est supposé commémorer le centième anniversaire de la disparition de l’intellectuel éthique et du grand écrivain dérangeant auquel nous sommes tous attachés, nos sentiments sont mitigés.
- D’un côté, les projets préparés de longue date suivent sereinement leur cours. Après la création, en Belgique, de Rédemption, ou la folie du toujours mieux, le remarquable oratorio théâtral d’Antoine Juliens, et la publication du livret par la Société Mirbeau, deux colloques ont déjà eu lieu, au Sénat, le 27 janvier, et à Morlaix, le 11 février. Malgré les habituelles défections et nonobstant quelques menues déconvenues de dernière minute, ils se sont déroulés dans des conditions satisfaisantes et encourageantes. Deux autres colloques vont avoir lieu prochainement : à la Sorbonne, le 25 mars, et à Angers, le 31 mars – 1er avril, cependant que la journée Mirbeau prévue en Pologne devrait avoir lieu le 17 mars. Tout cela est bel et bon. Et, si l’on y ajoute les manifestations tréviéroises, les représentations théâtrales à Paris, à Triel, en Bretagne et en Normandie, la soirée Mirbeau de Montreuil-Bellay après-demain, et les nombreux articles parus dans la presse locale, il y a de quoi être vraiment satisfait. Quant aux échéances plus lointaines, à Debrecen, à Tunis, à Grenade, à l’Académie Royale de Bruxelles, à l’université de Chicago, au Musée Rodin, et aux divers volumes de l’ULB, de Studi francesi, de De AS et de L’Ivrescq, elles ne peuvent que susciter notre enthousiasme.
- Et pourtant, il y a des choses qui ne sont pas à la hauteur des espérances et qui nous laissent un goût d’amertume. Sans revenir sur la totale absence du Musée d’Orsay et de la Comédie-Française, et sur la non moins totale indifférence du Ministère de la Culture – qui s’est tout de même fendu, ce matin, d’un communiqué, sur facebook –, force est de constater que les trois projets cinématographiques n’ont pas abouti et que leur avenir est des plus incertains ; que le télévisions, où nous ne connaissons personne, ne sont nullement partie prenante ; que les radios sont quasiment muettes (Angelier va tout de même faire quelque chose sur France-Culture au printemps) ; et que la grande presse continue de nous ignorer superbement : rien aujourd’hui dans Ouest-France, ni dans L’Obs, ni dans Politis, ni, apparemment, dans Le Canard enchaîné, et, dans Le Figaro, simple rappel de l’affaire du Comédien. Y aura-t-il quelque chose demain dans Le Monde et dans Marianne ? Je n’en mettrais pas ma main à couper. Il semble bien que Mirbeau dérange encore. (bazarnaum2.blogspot.fr/2017/02/octave-mirbeau-ou-le-boycott-memoriel.html)

Comme les choses évoluent très vite et que les événements ont tendance à se multiplier comme des petits pains, ce qui complique singulièrement la tâche de notre dévoué webmaster, je vous incite à vous reporter en ligne à notre calendrier, constamment mis à jour : www.mirbeau.org/calendrier.html.

Au sujet de la commémoration du 100e anniversaire de la disparition du grand écrivain, la préparation de tout ce qui entoure cet évènement exige la participation du plus grand nombre. Toutes les contributions seront précieuses, toutes les suggestions seront les bienvenues. Ce soutien peut prendre deux formes principales :
a) La coopération : elle peut prendre toutes sortes de formes, de sorte que chacun peut apporter une pierre, fût-elle modeste, au somptueux édifice que nous sommes en train d’élever ad majorem Octavii gloriam.
- Contacter des universitaires, des gens de théâtre, des écrivains, des élus, des traducteurs, des artistes, des éditeurs, etc., pour qu’ils ajoutent leurs noms à notre déjà impressionnant comité international de parrainage.
- Contacter des élus municipaux, des conservateurs de bibliothèques, des proviseurs de lycées et de collèges, des animateurs culturels, etc., pour que des représentations théâtrales, des lectures, des conférences ou des débats puissent avoir lieu dans leurs communes ou leurs établissements.
- Contacter des élus municipaux pour leur demander que des rues, des places, des salles ou des écoles portent le nom de Mirbeau.
- Faire circuler le plus possible, auprès de ses amis, collègues et connaissances diverses, et auprès des media locaux, les informations relatives aux festivités mirbelliennes.
- Rédiger des textes destinés à la presse locale ou aux sites et blogs Internet, histoire de faire découvrir Mirbeau à des lecteurs qui ne le connaissent pas encore.
- Animer des débats ou faire des causeries ou des conférences, ou des cours sur tel ou tel sujet en rapport avec Mirbeau.
- Solliciter des troupes de théâtre, amateurs ou professionnelles, pour leur suggérer de monter des spectacles ou des lectures à partir de textes de Mirbeau.
- Contacter, si vous en connaissez, des gens bien placés susceptibles d’évoquer Mirbeau dans la presse, à la radio ou à la télévision.
- Élaborer des panneaux didactiques susceptibles d’accompagner les lectures, les représentations et les conférences, et qui pourraient aussi être présentés dans des collèges et lycées, des centres culturels, des bibliothèques, etc.
- Traduire et mettre en ligne ou publier des textes de Mirbeau inédits en d’autres langues, etc.
Ce ne sont pas les suggestions qui risquent de manquer…

b) Le financement : un deuxième appel à financement participatif, soutenu par la Société Mirbeau, a été lancé pour le travail préparatoire au projet cinématographique d'une libre adaptation de L'Abbé Jules, sous le titre — provisoire ? – de Contre Dieu, par Laurent Canches, Shirel Amitay et Philippe Courtin. Ceux qui seraient rongés par le remords cuisant de n'avoir pas apporté à temps leur obole à Rédemption sur Ulule bénéficient donc d'une occasion en or pour se rédimer au nom d'Octave...

En souhaitant que le plus grand nombre de mirbeauphiles puissent apporter leur pierre à l'édifie commémoratif, je vous adresse mes bien cordiales et mirbelliennes salutations.

Pierre MICHEL, E-mail, président de la Société Octave Mirbeau
retour en haut
 
 
Retour à l'accueilCitations