CRITIQUES LITTÉRAIRES

 
     
 

Dans le domaine de la littérature et du théâtre, Octave Mirbeau a joué le même rôle de découvreur et de justicier que dans celui des beaux-arts.

Refusant tous les étiquetages réducteurs, allergique aux théories promotionnelles et aux dogmes qui enferment, réfractaire aux écoles autoproclamées, rebelle à tout embrigadement, fût-ce pour la “bonne cause”, il a toujours soigneusement préservé sa liberté de jugement et il a fait de l'émotion la pierre de touche de l'œuvre d’art en général, et de l’œuvre littéraire en particulier. C’est cette exceptionnelle ouverture d'esprit qui lui a permis d'apprécier les auteurs les plus différents, par-delà les compartimentages des histoires littéraires et des manuels scolaires.
 

 
 

POUR UN THÉÂTRE NOUVEAU

 
 

Les premiers articles signés de son nom dans L’Ordre de Paris, Mirbeau les a consacrés à la critique théâtrale. Très vite il y manifeste son indépendance de pensée en s’attaquant à la routine, à la fabrication industrielle de pièces abêtissantes, au star system et à la société du spectacle, symptôme de la décadence d’une société bourgeoise en voie de pourrissement (voir « Le Comédien », en octobre 1882). Et il est rapidement convaincu que le théâtre est mort de son conformisme et de son industrialisme et qu’il serait vain d’essayer de le ressusciter.

Ibsen Il n’en loue que davantage ceux qui, comme Henry Becque, Maeterlinck et Ibsen, ont le courage de chercher des voies nouvelles. De même, il apporte d’emblée son soutien aux tentatives de dépoussiérage d’André Antoine et d’Aurélien Lugné-Poe et, au tournant du siècle, il se bat pour un théâtre véritablement populaire, qui contribue à l’éducation et à l’émancipation du peuple.

Dans sa critique dramatique, il se distingue radicalement, non seulement des critiques bourgeois tels que Francisque Sarcey, défenseur d’un théâtre anesthésiant et promoteur de “la pièce bien faite”, mais aussi des naturalistes par trop attachés aux détails insignifiants (le fameux «bouton de guêtres»), et il manifeste des exigences de vérité et de justice : il préconise des pièces qui fassent penser sans être pour autant des thèses; il attend de la profondeur, une observation pénétrante, des personnages dotés d’une véritable épaisseur humaine, et des dialogues vivants et synthétiques.
 

 
 

UNE CRITIQUE “À LA HACHE”

 
 

Dans le domaine romanesque, Mirbeau a certes évolué, mais il a toujours su distinguer les talents originaux. Il vouait une admiration inconditionnelle à Jules Barbey d'Aurevilly, qui l’a fortement influencé à ses débuts.

Barbey D'Aurevilly
Jules Barbey d'Aurevilly

Ses premières chroniques littéraires publiées à L'Ordre de Paris, au Gaulois, dans Les Grimaces et à La France, tiennent du pamphlet : comme son « illustre maître », il y dénonce, “à la hache”, le cabotinisme et le réclamisme, les écrivains bien-pensants et académisables, la camaraderie et le mercantilisme qui dénaturent les jugements et qui étouffent les talents, il tourne en dérision la littérature industrielle, consolante et sentimentale : « Est-il possible que notre littérature soit à la merci des ignorances d'une poignée de cocottes, du parti-pris et du scepticisme d'une poignée de viveurs et de l'indifférence d'une poignée de journalistes ? » C’est tout un système social et culturel qu’il met en cause et qu’il voue au ridicule.

RimbaudIl s’attaque aussi au pseudo-réalisme érigé en système et il critique le naturalisme béat d'écrivains frappés de myopie, qui sondent les reins des cuisinières, ne perçoivent que les détails au détriment de la pensée, et se gargarisent de prétentions pseudo-scientifiques : il y voit la plus grande erreur dans le domaine de la création artistique et littéraire, et le critique aussi vigoureusement que l’académisme.

Très tôt il s’attache au contraire aux apporteurs de neuf : Jules Vallès, Edmond de Goncourt, Tourgueniev, et, ce qui est plus surprenant, Arthur Rimbaud, dont il est le premier, dès 1882, à citer des vers inconnus et à proclamer le génie.
 

 
 

UNE NOTORIÉTÉ AU SERVICE DE LA VIE

 
 

Après douze ans de prolétariat de la plume, Mirbeau accède à la célébrité en 1885-1886. Il écrit alors dans les plus grands journaux nationaux : Le Matin, Le Figaro, L'Écho de Paris, et par la suite Le Journal, qui atteindra le million d’exemplaires vers 1900. Ses chroniques littéraires rendent hommage aux écrivains qui l'ont ému, dans les genres les plus différents : Victor Hugo, Élémir Bourges, Jean Richepin, Stéphane Mallarmé, Jean Lombard, le critique Émile Hennequin. Il reconnaît en Germinal une œuvre majeure. Surtout, il découvre Tolstoï et a « la révélation » de L'Idiot de Dostoïevski, « prodigieux livre », à « la psychologie inquiétante et visionnaire ».

Tolstoi et Gorki Dostoievski
Tolstoï et Gorki   Dostoïevski

Il mène campagne contre les institutions sclérosantes comme l'Académie Française, « cette vieille sale », qu’il tourne en dérision en dévoilant ses dessous peu ragoûtants ; contre les écrivains mondains et bien-pensants qui anesthésient leur lectorat ; et contre les psychologues autoproclamés qui, à l'instar de Paul Bourget, exploitent le juteux filon de « l’adultère chrétien » et sont préposés à la vidange des âmes des nantis.
 

 
 

DE MAETERLINCK À LÉON BLOY

 
 

Maeterlinck Mirbeau s'est rapidement imposé comme l'un des premiers critiques de son temps, sans les œillères et l’esprit classificatoire de Ferdinand Brunetière et la superficialité de Jules Lemaitre. Ses chroniques, fort attendues, sont étonnamment efficaces : son article du Figaro, le 24 août 1890, suffit à lancer un inconnu, Maurice Maeterlinck, dans le firmament littéraire :

“Je ne sais rien de M. Maurice Maeterlinck. Je ne sais d'où il est et comment il est. S'il est vieux ou jeune, riche ou pauvre, je ne le sais pas. Je sais seulement qu'aucun homme n'est plus inconnu que lui ; et je sais aussi qu'il a fait un chef-d'œuvre. (...) M. Maurice Maeterlinck nous a donné l'œuvre la plus géniale de ce temps, et la plus extraordinaire et la plus naïve aussi, comparable et - oserai-je le dire ? - supérieure en beauté à ce qu'il y a de plus beau dans Shakespeare. Cette œuvre s'appelle La Princesse Maleine. Existe-t-il dans le monde vingt personnes qui la connaissent ? MirbeauJ'en doute.”

Vingt ans plus tard, le poète belge obtiendra le prix Nobel de littérature !

De même, en 1909, il lance à grand fracas une pauvre couturière quinquagénaire complètement inconnue, Marguerite Audoux, dont le roman, Marie-Claire, rate de peu le prix Goncourt et connaît un énorme succès de ventes.

En entrant au Journal en 1892 et en y collaborant sous son nom à partir de 1894, il dispose d'une audience énorme, dont il se sert pour défendre les écrivains menacés par les « lois scélérates » de la République : Alexandre Cohen, Félix Fénéon et Jean Grave.

Jean Grave
Jean Grave

  Il prend la défense d'Oscar Wilde supplicié par les tartuffes britanniques, et, plus tard, de Maxime Gorki emprisonné par le régime tsariste. Il révèle Knut Hamsun, l'auteur de La Faim, et se fait le champion d'Ibsen. Il apporte son appui à Paul Hervieu, Georges Rodenbach, Léon Daudet, Jules Huret, Ernest La Jeunesse, et surtout à Remy de Gourmont, Marcel Schwob et Alfred Jarry, auxquels il  apporte une aide multiforme qui leur permet de survivre ou de percer.

GourmontMarcel Schwob
Rémy de Gourmont, Marcel Schwob

MIRBEAU Léon BloyPlus tard, il soutiendra Sacha Guitry et Adès et Josipovici, les auteurs de Goha le simple. C'est lui encore qui, malgré l’abîme idéologique qui l’en sépare, consacre à Léon Bloy et à La Femme pauvre un article somptueux. Léon Bloy, écrit-il, « est en état permanent de magnificence ».

Portrait élogieux d'Octave Mirbeau par Sacha Guitry (vidéo)

 
 

L'ACADÉMIE GONCOURT

 
 

Choisi par Edmond de Goncourt en 1890, pour succéder à Émile Zola, coupable de postuler à l'Académie Française, Mirbeau a fait partie des huit premiers membres de la nouvelle académie, destinée à faire pièce à la « vieille sale » du quai Conti en promouvant des talents originaux dans le domaine de la fiction narrative.

Goncourt
Jules et Edmond de Goncourt par Nadar

Fidèle à cette intention testamentaire, Mirbeau a voulu d'emblée qu'elle serve à honorer les talents méconnus et qu'elle récompense des œuvres que l'Académie Française n'aurait jamais pu reconnaître. À partir du premier prix Goncourt, décerné en décembre 1903, il a donc régulièrement bataillé en faveur d'écrivains originaux, pour la plupart issus du peuple et désargentés : John-Antoine Nau – qui n’était qu’un troisième choix –, Charles-Louis Philippe, le petit paysan nivernais Émile Guillaumin, Paul Léautaud, Valery Larbaud (qui avait utilisé un pseudonyme pour faire oublier ses millions…), Marguerite Audoux, la néerlandaise Neel Doff, Charles Vildrac et Léon Werth, que Mirbeau a chargé d’achever Dingo.

Certes, à l’exception non significative de Nau, aucun de ses protégés n'a été couronné. Mais chaque prix a été l'occasion pour lui de batailles dont la presse s'est faite l'écho et d’interviews qui ont contribué à asseoir leur réputation. Là encore, Mirbeau s'est comporté en justicier des lettres.

En 1907, lorsqu'il a fallu élire un successeur à Huysmans, il a donné sa démission pour imposer l'élection de Jules Renard contre Henry Céard... et il a obtenu gain de cause ! Après quoi, il a pu revenir sur sa démission et poursuivre son combat…

Pierre MICHEL

Les articles de Mirbeau sur la littérature et le journalisme ont été recueillis par Pierre Michel et J.-F Nivet dans Combats littéraires, paru en 2006 à l’Age d’Homme, Lausanne.

Une anthologie (1925-1926) a paru en deux volumes chez Flammarion sous le titre : Les Écrivains

Une anthologie d’articles de critique théâtrale (1924) a paru chez Flammarion sous le titre : Gens de théâtre  

Chroniques accessibles sur Internet

Liste des articles de Mirbeau sur scribd

Les Écrivains : Octave Mirbeau (1925-1926) sur Wikisource

 
     
 

Octave Mirbeau, Chronologie, L'Œuvre, Bibliographie, Jugements,
Cahiers Octave Mirbeau
, Société Octave Mirbeau, Autres sites.

 
 
Retour à l'accueilCitations