Le Jardin des Supplices (1899)

 
   

Le roman commence par un "Frontispice". Lors d'une réunion d'intellectuels, la discussion s'engage sur le meurtre. Tous, médecin, moraliste, poète, philosophe, s'accordent à penser que le meurtre est, chez l'homme comme dans la nature, un instinct vital au même titre que l'instinct génésique. L'un des convives, politicien raté, qui porte sur sa physionomie tous les stigmates d'une incommensurable souffrance, sort de sa poche le manuscrit du Jardin des supplices.

 Dans une première partie, En mission, son récit retrace caricaturalement son minable itinéraire d’escroc de la politique, son départ pour Ceylan comme pseudo-"embryologiste", et ses rencontres avec quelques spécimens gratinés d'humanité, parmi lesquels, Clara, femme fatale aux cheveux roux et aux yeux verts, "pailletés d'or, comme ceux des fauves" : l'homme succombe à sa sensualité et commence son ascension au calvaire.

Leroy-Clara

Clara par Leroy

 La deuxième partie du récit, Le Jardin des supplices stricto sensu, se situe deux ans plus tard. À Canton, où l’anonyme narrateur a suivi la sadique et séduisante Anglaise, elle lui fait visiter le bagne et assister au spectacle des supplices les plus épouvantables – et pour elle les plus jouissifs –, dans un cadre édénique, où des fleurs, somptueuses et inquiétantes, s'engraissent du sang et de la chair des suppliciés.

le jardin des supplices

Le Jardin des Supplices, par Legrand

Le Jardin des supplices résulte d'un bricolage de textes disparates conçus séparément et mis bout à bout sans le moindre souci d’harmonisation du style, de vraisemblance ou de crédibilité romanesque. C’est à la fois un roman initiatique (la descente aux enfers des mystères de l’inconscient), une métaphore de l'épouvantable condition humaine soumise à la loi du meurtre, une condamnation sans appel des sociétés qui reposent tout entières sur le meurtre ritualisé, une dénonciation au vitriol du colonialisme occidental, qui transforme des continents entiers en de véritables jardins des supplices, et un exercice fascinant d'humour noir, notamment dans le long dialogue avec le jovial bourreau " patapouf ".

Mirbeau y mêle tous les tons et tous les styles, la caricature et la parodie y côtoient le grand guignol, l’esthétique de l’horreur annonciatrice de Bataille voisine avec le discours militant, l’indignation n’exclut pas la fascination. Plus que d'une monstruosité morale, il s'agit d'une monstruosité littéraire, échappant à toute classification et de nature à déconcerter le lecteur, dont il brouille et met à mal les repères éthiques et esthétiques et qui ne sait comment aborder cet objet littéraire non identifier.

Pierre MICHEL
jardin des suplices
Préface de Pierre Michel

Le texte du roman est accessible gratuitement sur le site des éditions du Boucher. On peut également le télécharger, en version numérisée et dépourvue de préface, sur le site Gallica de la B.N.F.  
Une édition critique du Jardin des supplices a été réalisée par Pierre Michel, dans le tome II de l’Œuvre romanesque de Mirbeau, Buchet/Chastel / Société Octave Mirbeau, 2000.
Octave Mirbeau - Le Jardin des Supplices (illustré) - flickr

Illustrations de Gio Colucci

 
 

Editions étrangères

 
 
the garden of evil the torture garden
 
 

wikipedia

 
 

Le_Jardin_des_supplices

 
 

Romans

 
 

L'Ecuyère, La Maréchale, La Belle Madame le Vassart, Dans la vieille rue, La Duchesse Ghislaine, Le Calvaire, L'Abbé Jules, Sébastien Roch, Dans le Ciel, Le Journal d'une femme de chambre, Les 21 jours d'un neurasthénique, La 628-E8, Dingo, Un Gentilhomme.

 
 
Retour à l'accueilCitations